40 ans depuis Un Québec impossible de Pierre Vallières

Peu de personnes ont marqué l’évolution de la gauche québécoise autant que Pierre Vallières. Issu d’un milieu ouvrier, il a participé au cours des années 1960 à des publications influentes telles Cité libre et Parti pris. Devenu résolument indépendantiste et socialiste, il fut un des inspirateurs du Front de libération du Québec. Après la crise d’octobre 1970, il publie un essai (L’urgence de choisir) appelant toute la gauche indépendantiste à se joindre au très jeune Parti québécois.

C’est en 1977 qu’il publie Un Québec impossible, l’essai qui marque la fin de son appui pour le Parti québécois. Pour lui, il est déjà évident, quelques mois après la victoire surprise du 15 novembre 1976, que le PQ n’a aucunement l’intention ou la capacité de mener une lutte déterminée pour l’indépendance. En fait, le contenu de son projet, de plus en plus aligné sur le consensus nord-américain, n’a plus rien d’indépendantiste. Il revient à quémander une meilleure place pour l’État colonisé québécois dans les ensembles canadien et continental. Alors qu’il devrait s’inscrire dans une lutte anti-impérialiste et anticoloniale, notamment en solidarité avec les luttes des Autochtones.

Pour Vallières, cette capitulation tient à plusieurs facteurs. D’une part, la masse de la population est attachée au niveau de consommation que lui permet son intégration économique avec le reste du continent. Le fait que cette consommation soit superficielle dans son contenu et incompatible avec les équilibres écologiques devrait, selon lui, nous amener à la remettre en question. Mais un projet cherchant à changer la vie plutôt qu’à consommer toujours plus se fait toujours attendre. En parallèle, le modèle de développement économique privilégié par les élites québécoises, qu’elles soient fédéralistes ou souveranistes, est également axée sur une dépendance de plus en plus grande envers les milieux financiers de Wall Street et la capacité à exporter vers les États-Unis. Il dénonce l’entente de la Baie James comme une fuite en avant dans un néocolonialisme (opprimant les Cris et les Inuits) au service de l’économie étasunienne  (toujours avide d’énergie à bon marché).  

En termes de stratégie politique, cette dépendance économique continentale se traduit chez le gouvernement Lévesque par la recherche de compromis avec l’État canadien (« nouvelle entente », « souveraineté-association »), des efforts en vue de rassurer Washington et Wall Street, et le mythe de l’indépendance « rentable », n’impliquant aucun risque, aucun sacrifice pour les classes moyennes américanisées. Pour Vallières, il n’y a pas d’indépendance possible sans une révolution populaire, laquelle doit être animée par un projet écologiste et socialiste. À la détermination des adversaires - milieux d’affaire, État canadien, gouvernement américain - à faire échouer tout projet d’autodétermination, doit répondre une détermination encore plus grande du côté du peuple québécois à conquérir une véritable indépendance.

Ce qui est frappant à la relecture de ce texte que j’avais découvert une dizaine d’années après sa parution, est son actualité parfois presque prophétique. Il prévoyait, notamment, deux ans avant le congrès qui allait en décider, que le PQ allait abandonner son engagement à retirer un Québec indépendant de l’OTAN et de NORAD. Bien entendu, certains éléments d’analyse ou de vocabulaire sont nettement datés (la notion du Canada colonie des États-Unis, par exemple, emprunté au nationalisme canadien de gauche très populaire à l’époque). Mais au total, on ne peut qu’être frappé par la lucidité parfois brutale de l’analyse.

En voici quelques extraits :

« Le premier gouvernement indépendantiste de l’histoire du Québec prit aussitôt les apparences d’un conseil d’administration de compagnie. […] Au mouvement de libération qui, depuis 1960, agitait les esprits, on opposa « la nécessité de la concertation ». […] Tout cela, pour rassurer les adversaires […] au risque de démobiliser dramatiquement ses alliés. » p. 14

« On voyage ainsi, depuis près de 150 ans, de la peur de l’assimilation à la peur de la liberté. » p. 25

« Mais qu’en est-il de la majorité des séparatistes québécois ? Sont-ils des colonisés trop bien nourris pour avoir le courage d’imaginer et de vouloir autre chose qu’une souveraineté délayée dans un marché commun de la croissance indéfinie, dût-elle n’être plus qu’une folle croissance de la camelote et des détritus ? » p. 32

« Il ne sert à rien de rechercher l’indépendance si l’on refuse à priori de raisonner et d’agir en dehors et contre les limites, les inégalités et les injustices de la société nord-américaine ; en dehors et contre les ambitions meurtrières du capitalisme, de l’impérialisme et du militarisme. » p. 33

« Au lieu de vouloir à tout prix remplacer les libéraux aux commandes d’un État fantoche et lourdement hypothéqué, le Parti québécois aurait dû plutôt privilégier la politisation des masses. Il a préféré l’électoralisme à court terme et la démagogie trompeuse. » p. 45

« D’après l’opinion que Lévesque s’est formée de la population québécoise, il semble bien que, dans son esprit, le peuple n’est pas « politisable », mais seulement perméable au « marketing », à la mise en boîte des politiques, quelles qu’elles soient. » p. 52

« Mais le marketing péquiste rejette comme inexistante la réalité de la lutte des classes au Québec et déradicalise l’option indépendantiste dans l’ambiguïté du « souverainisme associé ». p. 76

« Privé d’une alternative progressiste au Parti québécois, le Québec s’apprête à choisir entre l’indépendance si nécessaire mais par nécessairement l’indépendance et le fédéralisme si nécessaire mais par nécessairement le fédéralisme tel qu’il a été vécu jusqu’à maintenant. En somme, le Québec s’apprête à choisir entre deux formes d’ambigüité. » p. 80

« L’histoire récente de l’Hydro-Québec démontre qu’un nationalisme privé de volonté socialiste de libération ne conduit nulle part, si ce n’est à un renforcement de la dépendance. » p. 96

« Jamais l’indépendance du Québec ne se réalisera si elle ne procède pas d’une action socialiste, anti-impérialiste, autogestionnaire et écologique. » p. 97

« Face aux contradictions qui caractérisent les démarches syndicales, les travailleurs québécois affichent un désabusement qui n’a d’égal que leur mépris pour les politiciens de profession. Ils subissent le syndicalisme d’affaire avec le même fatalisme qu’ils endurent l’État technocratique. » p.109

« Il existe une différence fondamentale entre gagner plus et vivre autrement. Les syndicats ne l’ont encore ni comprise ni exprimée. » p. 111

« Les questions qui intéressent les jeunes sont celles que posent les écologistes et que refusent d’entendre les mandarins de la gestion technocratique. » p. 115

« Tout en usant de la rhétorique engendrée par le mouvement écologiste, « la classe politique » refuse obstinément de reconnaître qu’il n’y a aucun moyen de sortir de la crise contemporaine si l’on ne change d’abord le type de développement. » p. 117

« Devons-nous attendre l’échec du PQ pour bâtir autre chose ? […] Sans les écologistes, les jeunes, les femmes, les marginaux, il n’y a pas moyen de donner une assise politique à un nouveau projet, à une alternative réelle. » p 121

« Il n’y a pas moyen de changer la vie sans casser l’ensemble du système. Il n’y a pas moyen de casser l’ensemble du système en prenant pour acquis, comme le fait le PQ, qu’il est sacré ou encore qu’il est, par nature, irréversible. » p. 123

« Il est à prévoir que la question formulée par le gouvernement Lévesque [pour le référendum] mettra surtout l’accent sur « l’association », qu’elle visera à faire entrevoir la souveraineté à travers l’union des deux « peuples fondateurs » et que, finalement, elle confondra l’indépendance avec l’interdépendance. » p. 153



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La fusion QS-ON et la mutation du paysage politique

L’islamophobie, fer de lance de la nouvelle extrême-droite

Débat sur le projet de loi 62 : Vers une laïcité égalitaire