Articles

Affichage des articles du octobre, 2015

Sifflets à chien, portes ouvertes et autres mauvaises odeurs (réflexions autour de la campagne fédérale)

Le paysage idéologique est un domaine gazeux, fait de toutes sortes de substances, parfois vivifiantes, parfois étouffantes. C’est tout ce qui flotte dans l’air du temps. Parmi tous les courants atmosphériques de notre époque, il y en a un qui marque durement les esprits et est si présent qu’on en oublie souvent la mauvaise odeur: l’islamophobie. Nourrie par des siècles de colonialisme et d’orientalisme accumulés, extraite du sous-sol historique par un renouveau impérialiste et guerrier depuis septembre 2001, elle se répand dans tous les racoins de la pensée (et de la non pensée) occidentale et se mêle à tout, des grandes thèses universitaires aux sautes d’humeur dans les médias sociaux en passant par les stratégies politiques et la course aux sensations des médias.
En bref, l’islamophobie se caractérise par un ensemble informe de préjugés, de thèses fumeuses, de théories de la conspiration et de racisme ordinaire ciblant un ensemble indéfini de personnes associées à tort ou à raiso…