Articles

Affichage des articles du février, 2015

Les sorcières

Je peux comprendre que l’image de ces femmes qui se cachent le visage dérange. Elles sont étranges. Elles semblent venir d’une autre époque, de cet Orient mythique des califes et de leurs harems. Elles sont devenues le symbole de la montée du conservatisme social et du fondamentalisme religieux dans certains pays musulmans, un phénomène indéniable et très préoccupant. Leur geste choque un Occident plus habitué à la nudité qu’à cette pudeur extrême. C’est le propre de la phobie que de générer une peur panique de quelque chose qui ne nous menace pas vraiment. C’est l’image qui fait peur. L’étrangeté. L’altérité « radicale ».
Peu d’entre elles vivent parmi nous. Celles qui y sont se cantonnent généralement dans leur réseau familial et communautaire. On parle d’elles quand certains médias ou politiciens décident de faire un scandale national autour de leur simple existence. Mais qu’ont-elles fait pour mériter un tel opprobre? On leur reproche de vouloir apprendre le français, de vouloir …

De quoi l’intégrisme est-il le nom?

Dans les débats récents à l’Assemblée nationale et dans les médias québécois, on a beaucoup usé du terme « intégrisme ». D’un côté, le gouvernement affirme qu’on ne peut pas le combattre sans brimer des droits fondamentaux comme la liberté d’expression et la liberté de religion. De l’autre, la CAQ et le PQ affirment qu’il faut le combattre pour défendre nos valeurs communes, comme l’égalité des droits. En fait, tout le monde est confus parce qu’on n’appelle pas les différents phénomènes politiques et religieux concernés par leur nom.
Quelques définitions
Commençons donc par définir quelques termes utiles. D’abord, le fondamentalisme religieux est le phénomène qui consiste à adopter une interprétation littérale des textes sacrés et à tenter de respecter, également à la lettre, tous les commandements qu’ils contiennent. Ce phénomène est assez répandu aux États-Unis chez les Évangélistes. Les Juifs ultra-orthodoxes sont aussi de cette veine, tout comme les Musulmans wahhabites d’Arabie S…

Vers une plateforme multiforme pour Québec solidaire

La première mouture de la plateforme électorale de Québec solidaire avait été adoptée dans les premiers mois d’existence du parti, en vue de l’élection générale de 2007. L’approche proposée avait alors été de rassembler 25 engagements pour les premiers 1000 jours d’un gouvernement solidaire. L’avantage de la formule (avancée par le regretté François Cyr) était de pousser des militantes et des militants ayant l’habitude de revendiquer et de contester à faire des propositions et à se voir à la place du gouvernement.
Cette formule avait cependant le défaut de marginaliser les propositions qui n’étaient réalisables qu’advenant l’indépendance du Québec. Aussi, elle était difficile à appliquer à l’époque où le parti n’avait pas de programme. Tout le monde voulait discuter de tout, tout de suite.
En 2008, le congrès sur la seconde plateforme n’avait pas pu traiter la majorité des sujets à son ordre du jour, tant l’appétit des membres pour de nouveaux débats et leur capacité pour la formul…