Articles

Racismes, privilèges et incompréhensions

La controverse autour de la Consultation sur le racisme et la discrimination systémique, qui a eu raison de ce modeste effort, donne nettement l’impression que si la société québécoise n’est pas plus raciste qu’une autre, nous éprouvons plus de difficulté que d’autres à discuter sereinement de la question. Pour comprendre pourquoi il en est ainsi, faisons ensemble un petit tour dans notre passé.
Le racisme sert toujours à justifier une forme de domination exercée sur une population jugée inférieure. Il prend parfois la forme d’une négation de l’existence même du groupe dominé, en vue de le marginaliser complètement. C’est ce qui était implicite dans le geste fondateur du Québec et du Canada, soit la déclaration de Jacques Cartier en 1534 affirmant que ce pays - dont il ne connaissait pas grand-chose et qui restait à délimiter - appartenait désormais à la France. Il s’en est suivi cinq siècles de dépossession et de colonialisme dont les Premières nations subissent toujours les conséqu…

La fusion QS-ON et la mutation du paysage politique

L’entente de principe pour une fusion entre Québec solidaire et Option nationale constitue une étape importante dans un long processus de rassemblement à gauche et de redéfinition de la scène politique québécoise. Le rejet de cette entente par Québec solidaire constituerait une erreur stratégique monumentale et un obstacle de taille sur le chemin de la réalisation de notre projet commun.
En arrière-plan du regroupement graduel et de l’expansion d’une alternative politique de gauche indépendantiste se trouve la crise prolongée du Parti québécois. Celui-ci est dans une impasse stratégique depuis l’échec du second référendum et en est réduit maintenant à un engagement formel à ne rien faire en direction de l’indépendance durant un très hypothétique prochain mandat au gouvernement. Son ralliement total aux dogmes de la doctrine économique dominante depuis les années 1980, particulièrement frappant avec le tournant du déficit zéro de 1996, avait permis l’émergence de nouvelles forces pol…

Unilatéralisme et souveraineté populaire

L’entente en vue d’une fusion entre Québec solidaire et Option nationale est un document qui prend son sens lorsqu’on le situe historiquement dans l’évolution du mouvement indépendantiste et de la gauche. Une telle approche permet de prendre du recul par rapport aux détails de l’entente, et de se rappeler que l’essentiel est la lutte dans laquelle nous sommes engagés contre les forces du statu quo économique, social, écologique et constitutionnel. Dans cette lutte, les principes de la souveraineté populaire et de l’unilatéralisme dans la démarche indépendantiste sont complémentaires, et non opposés. La fusion entre Québec solidaire, dont la démarche a été davantage axée sur la souveraineté populaire, et de ON, qui incarne davantage l’approche unilatéraliste, devrait reposer sur une compréhension de l’interdépendance de ces deux éléments.
L’impossible négociation
Il convient d’abord de rappeler que le peuple québécois est soumis depuis maintenant 35 ans à une constitution canadienne à …

L’islamophobie, fer de lance de la nouvelle extrême-droite

Les événements des derniers mois devraient nous amener à comprendre l’importance stratégique de l’islamophobie dans l’arsenal de la droite radicale nationaliste sous ses diverses formes. C’est le fer de lance qui permet de faire passer une série d’idée qui autrement auraient de la difficulté à prendre une place dans les débats politiques ordinaires et les mass médias. C’est au nom du combat contre « l’islamisation » que des groupes comme La Meute et la prétendue Alt-right se construisent une crédibilité et recrutent des adhérents. Voyons comment fonctionne la mécanique islamophobe pour mieux la déconstruire et la contrer.
D’abord, l’islamophobie actuelle part d’un phénomène réel, celui de la montée en influence des courants politiques simplement conservateurs, carrément autoritaires ou violemment réactionnaires se réclamant de l’Islam. La première étape de la construction de l’idéologie islamophobe consiste à confondre tous ces courants politiques divers en une seule masse informe a…

Où en est la démocratie à Québec solidaire?

Toutes les personnes qui se sont impliquées à Québec solidaire depuis le début reconnaîtront qu’il s’agit d’une organisation qui prend au sérieux la question de la démocratie. C’est sans doute le parti le plus démocratique au Québec et possiblement en Amérique du Nord et au-delà. Ceci étant dit, notre conception de la démocratie n’est pas toujours claire, nos pratiques ne sont pas toujours à la hauteur de nos principes, et les défis à venir pour un parti en croissance sont nombreux. Voici donc quelques réflexions visant à clarifier nos idées en vue d’améliorer nos pratiques et d’éviter des problèmes qui pourraient faire dévier notre organisation dans une direction contraire à l’intention initiale.
Une démocratie délibérative et non plébiscitaire
Un des principes de base du fonctionnement de QS, depuis le début, est que nous privilégions une démocratie de délibération plutôt que des méthodes plébiscitaires. C’est-à-dire que nous cherchons à structurer des débats à la base, impliquant …

La Constituante à tout faire: La fusion QS-ON et le débat sur le mandat de l’assemblée constituante

Les débats à Québec solidaire au sujet du rôle et du mandat de l’assemblée constituante ont repris de plus belle à la faveur des négociations sur la fusion possible avec Option nationale. Plusieurs nouvelles contributions ont été diffusées au cours des derniers jours incluant une position commune de Paul Cliche et Jonathan Durand Folco[1] et des textes de Pierre Mouterde[2] et de Éric Martin. Tout le monde semble s’entendre (y compris à ON … et même au PQ !) sur un processus d’accession à la souveraineté en trois étapes : l’élection d’une majorité indépendantiste à l’Assemblée nationale, un processus d’assemblée constituante, puis un référendum. Le débat à QS, comme dans la période 2013-2016, porte sur les rôles respectifs de ces trois étapes dans le processus de même que le rôle du parti et des mouvements.
Nous croyons que toutes ces interventions récentes accordent une trop grande importance au mandat de l’assemblée constituante et pas assez aux autres aspects de la stratégie pouv…

Débat sur le projet de loi 62 : Vers une laïcité égalitaire

Le dépôt d’amendements au projet de loi 62 sur la neutralité de l’État constitue une occasion pour Québec solidaire de mettre de l’avant des idées importantes dans le débat sur l’identité, la laïcité et le pluralisme. Le passage du témoin entre Françoise David et Gabriel Nadeau-Dubois comme porteur du dossier à l’Assemblée nationale permet aussi d’ajuster le positionnement du parti dans un sens plus clairement égalitaire. Mais pour ce faire, l’équipe parlementaire devra faire preuve d’audace et de pédagogie et éviter les formules toutes faites.
Rappelons que le PL62 constitue la conclusion, pour le gouvernement libéral, des dix ans de débat qui ont agité la société québécoise depuis que Mario Dumont et certains médias ont lancé la fausse crise des accommodements raisonnables[1]. Il affirme la neutralité de l’État québécois sur le plan religieux (évitant le terme de laïcité considéré comme trop sujet à interprétation), établit un cadre pour le traitement des demandes d’accommodement …